I.                    Les joutes nautiques (naumachies)

Les naumachies sont des combats entre plusieurs bateaux Pour cela l’arène est inondée. Peu d‘amphithéâtres peuvent pratIquer ce genre de jeux. Le Colisée à Rome le permettait  grâce a l’eau du TIbre importée par des canalisations.

 

       II.                  Naumachies

Chez les Romains, les naumachies avaient lieu d'abord dans le cirque ou dans l'amphithéâtre dont on transformait l'intérieur en lac en y amenant l'eau du Tibre ou des aqueducs. César fut le premier à faire creuser un bassin spécial pour ce genre de spectacles. Auguste fit établir un nouveau bassin le long du Tibre et l'entoura de plantations. De nouvelles naumachies furent établies par ses successeurs, mais la plus célèbre fut celle qu'érigea Domitien. Elle était entourée d'une construction disposée en gradins pour servir de sièges aux spectateurs. Le lac Fucino servit aussi plusieurs fois, notamment sous Claude, à ce genre de spectacles.

Les combattants qui figuraient dans les naumachies étaient des prisonniers de guerre ou des criminels condamnés à mort. Les navires formaient deux escadres, et l'on désignait chacune d'elles par le nom de quelque nation maritime. Les Romains déployaient dans les naumachies la même pompe et le même luxe que dans les autres jeux du cirque. On y voyait nager soit des monstres marins, soit des jeunes femmes qui figuraient des Néréides. Dans une naumachie donnée par Claude sur le lac Fucino, on aurait compté pas moins de 100 navires et 19 000 combattants.

 

Cependant, peu de naumachies ont eu lieu au Colisée. Les naumachies étaient très rares.
L'eau était remplie de crocodiles et peu de personnes survivaient

 

Mais le cirque eut toujours pour destination première les courses de chars, qui
déchaînaient les passions et suscitaient des paris importants.


 

Construite dans le Transtevere, en bas à droite de l'image, la Naumachie d'Auguste est sans nul doute la plus représentative. Les Naumachies étaient en fait de grands bassins aménagés pour des combats navals. Le Colisée même pouvait servir de Naumachie lorsque l'on inondait la scène par un ingénieux système d'irrigation. Une autre Naumachie bien connue était construite dans la vallée du Vatican.

 

 

C'est en 42 avant J.-C., pour célébrer la dédicace du temple de Mars Ultor, qu'Auguste fit construire ce grand bassin de 1800 pieds de long sur 1200 de large ( 552 m. sur 355), où l'on représenta la bataille de Salamine. L'aqueduc Alsietina, construit en 2 avant J.-C., l'alimente en eau. D'après certaines sources cette Naumachie aurait disparut avant le début du 2e siècle.





 

 

 

Les grandes naumachies

Á la suite de la naumachie de César, les empereurs organisèrent de véritables combats navals grandeur nature, rivalisant de faste et d'extravagance.


Un combat naval grandeur nature

Auguste fit ainsi reconstituer la bataille de Salamine : la flotte des Athéniens prit d'assaut celle des perses et remporta la victoire comme autrefois. Le nombre de combattants fut d'environ 3000. (Un combat naval grandeur nature)

Ces spectacles étaient donc essentiellement la réédition de grands combats mythiques. Mais les empereurs organisèrent d'autres jeux nautiques comme des combats de gladiateurs contre des crocodiles et, lors des jeux de 57, organisés par Néron, Suétone souligne la présence de monstres marins (Néron, XII).

Toutefois, en raison des moyens colossaux qu'exigeait l'organisation d'une naumachie et de son caractère exceptionnel, il était plus facile de monter des ballets aquatiques, plus ou moins licencieux, dans les orchestres des théâtres, que l'on pouvait facilement inonder.

Il apparaît que les naumachies n'ont jamais été autre chose qu'un spectacle exceptionnel, même à Rome. Elles ne prenaient place dans le munus qu'en des occasions particulières. Apparues tardivement, elles disparaissent dès le IIe siècle après J.-C..

 

 

Exposé réalisé par Anna DEARY et Carole GOMEZ, 2nde 1